lundi 13 août 2007

Rechauffement planétaire......... et petits producteurs africains


Qu'est ce qu'on n'a pas dit et redit des changements climatiques suites au rechauffement planétaire. Que de discours ! Or si on en croit au dernier numéro de la revue Research Eu consacré au sujet (retetez votre souffle....... !) IL EST TROP TARD POUR ATTENDRE suite à un diagnostic sans appel (ah les gros mots !) des scientifiques du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat ). Pourtant ce n'est pas du blabla. Croyez moi ! Car ce rechauffement climatique est une réalité réélle ! (Excusez moi de la redondance).

En effet, cette année les producteurs de mangues sont confrontés aux conséquences de ce changement climatique. Nous avons observé (oeil et paroles d'expert !) dans la plupart des vergers de manguiers du Sénégal et du Mali des arbres avec une triple floraison ! (sur un même manguier nous observons à la fois des fleurs, des fruits à l'état de nouaison et de jeunes fruits !).

Pour mémoire il faut savoir que la floraison des manguiers est induite par plusieurs facteurs. Entre autre (brievement) :

  1. l'exposition à des stress hydriques (sans arrosage pendant une certaine période)

  2. la chute de température

Or cette année durant tous les mois de décembre et janvier la température au lieu de baisser a fait du yoyo ! (dents de scie) ce qui se traduit par cette multitude de stades florales pour un même cycle.

Donc ces stades differentes sur un même manguier a comme conséquence plusieurs récoltes étalées dans le temps.

En tant que néophites vous me direz où est le problème d'autant plus cela permettra au petit producteur d'avoir beaucoup plus de récoltes. Certes ! Mais c'est là où le bas blesse.

Car dès qu'une petite goutte de plus tombe dans des régions aurevoir toute cette récolte. En effet d'une part les récoltes debutent avec la saison des pluies dans ces régions et d'autre part la pluie favorise l'infestation de la mouche des fruits qui pique ces mangues or une seule mangue piquée et trouvée dans un (seul) lot exporté .................. conduit directement à la destruction de toute la cargaison car cette mouche (qui aime tant nos climats !) n'est pas la bienvenue dans l'Union Européènne ......... et ceci à la la chage de l'exportateur Africain. Donc en plus des exigences réglementaires de qualité plus contraingnates pour les produits agricoles, ces contraintes phytosanitaires constituent une barrière commerciale à l'exportation de nos fruits & légumes vers l'UE. Un manque à gagner énorme qui viendra s'ajouter surement aux accords de l'OMC et aux APE.

Ainsi pour dire que le climat aurait pu appliquer la discriminiation positive pour nos petits producteurs ................. surtout qu'ils ne sont ni de près ni de loin responsables du rechauffement planétaire !

1 commentaire:

Doomu Rewmi a dit…

C'est cela la cohabitation. Quand un deconne, tout le monde peut trinquer.

Faut juste qu'on se rende compte qu'on cohabite sur une planète pas si grande que cela.

Dis moi, tu es un gros maneur de mangues toi ...